STRATEGIES DU DISCOURS ANTI-AUTORITAIRE DANS LES CHANSONS DE BENEDETTI. Par Atencio Karina et Alburquerque Luis

 

In Le discours autoritaire en Amérique Latine de 1970 à nos jours. Presses Universitaire de Rennes, 2007 pp 121-133.

 

 

 

 

 

 

 

  

En 1976, Mario Benedetti s’exile à Cuba. La même année, un disque contenant trois textes du poète va paraître. Il s’agit de l’album, de Claudia et Alberto Gambino, qui aura pour titre Quiero decir tu nombre, libertad. Les noms de ces trois compositions «  Decir que no », « Vamos juntos », et « Hombre que mira a su país » évoquent eux-mêmes la ligne thématique de l’œuvre de cet auteur uruguayen. Nous nous appuyons sur une partie de l’œuvre de Benedetti: ses chansons. La chanson est souvent considérée comme un genre mineur, cependant, elle est une référence incontournable pour comprendre la trajectoire de la vie et de la production littéraire de cet écrivain. Dans ce travail, nous formulons des hypothèses sur les stratégies discursives employées pour faire face aux tactiques de désinformation et de propagande que l’on peut constater dans le discours des gouvernements autoritaires.

Les dictatures hispano-américaines, particulièrement celles des années 70, vont avoir un écho important dans la société contemporaine. En 1973, Allende est assassiné et Pinochet s’empare du pouvoir au Chili. En 1976, un coup d’état secoue l’Argentine et ouvre la période de la dictature du Général Videla. De façon analogue, la situation n’est pas meilleure en Uruguay qui avait cessé d’être appelé « la  Suisse d’Amérique »1. En 1971, les forces armées uruguayennes remplacent la Garde Métropolitaine, et un processus commence alors, il débouchera dans « l’auto putsch2 » de 1973. Le 1er janvier 1974, la période d’exile de Benedetti commence, il ne reviendra plus en Uruguay jusqu’en 1985, c’est à dire, après le retour de la démocratie.

La dictature ne fera pas taire la voix de l’écrivain uruguayen. Au contraire, les caractéristiques, déjà aperçues dans son oeuvre, seront ratifiées par une nouvelle nuance, celle de l’urgence. L’œuvre de Benedetti se caractérise par sa vocation communicative et son engagement avec le lecteur d’aujourd’hui. C’est pourquoi son style est accessible et sans nuire à la rigueur artistique exigée par le processus littéraire. A ce propos, le journaliste Mario Paoletti évoque le problème que doit affronter la littérature engagée et pour l’illustrer, il cite également Mario Benedetti qui affirme le besoin de faire une littérature d’urgence ( Paoletti, ibid.: 133-134):

Es la obra de esta época la que más enemigos literarios habrá de deparar a Mario. Apoyándose en estos textos casuales, algunos de ellos, los que menos lo quieren (aunque las verdaderas razones no sean literarias tratarán de invalidar la totalidad de su producción acusándole de algunos delitos de lesa literatura: obviedad, efectismo, ideologismo. […] . Él no quiere escribir panfleto sino literatura pero literatura de emergencia; ‘es decir, directamente motivada por la coyuntura y también claramente destinada a desempeñar una función social y política, pero no como panfleto sino como literatura. Y si cualquiera de estos textos no alcanza a cumplir con ella, no pasará automáticamente a ser un buen panfleto sino más bien un producto literario malogrado.

Cette nouvelle nuance d’urgence rend ce moment particulièrement fertile pour Mario Benedetti, au niveau de la rédaction de paroles pour des chansons. À Buenos Aires, la période de son premier exile suppose, en effet, l’affirmation de l’auteur en tant que parolier, grâce aux versions de Nacha Guevara et Alberto Favero (Paoletti, ibid.: 167) Pourquoi cette étape apparaît –elle comme un moment hautement productif dans la création de chanson ? Caballero Bonald souligne que les raisons seraient les suivantes « atteindre une grande popularité »,  divulguer « un programme intime et révolutionnaire de luttes pour la liberté » (Bonald, 1983 : 15). De même, Ricardo Molina signale que la poésie du XXème siècle a une aspiration communautaire (Molina, 1971 : 288), ce qui peut expliquer la collaboration étroite qui se produit entre les poètes et les chanteurs du XXème siècle. En effet, bien que la poésie du XXème siècle ait une aspiration communautaire, la lecture –au sens de la compréhension-continue à être un acte individuel et varie selon le récepteur. En ce qui concerne la chanson, le phénomène est quelque peu différent : la musique agit d’une façon particulière sur notre oreille, et même si le récepteur ne possède pas de connaissances musicales, il pourra accompagner la mélodie, et, cette participation permet à grand nombre de voix de s’unir pour n’en former qu’une seule (Alburquerque, 2005). Finalement, il ne faut pas négliger sa dimension pédagogique (Torrego, 1999).

2. Vers une definition du discours autoritaire et discours anti-autoritaire

Le discours est un mode d’expression qui consiste à mettre en action le langage ou les différents codes de communication (Van Dijk, 1985). De même, il est un véhicule par lequel les énoncés vont exprimer le pouvoir, la pensée et les connaissances des êtres humains. Le discours, étudié à partir d’une optique sociolinguistique, révèle un ensemble de voix faisant partie de la mentalité collective. Il est une convention sociale se servant des accords entre certains individus pour rendre naturel, légitimer une réalité déterminée. Dans le discours social, il est possible de produire et de reproduire un objet en suivant les idéologies propres à une société ou à un groupe. Ainsi, le discours devient une source de persuasion à travers laquelle les groupes sociaux cherchent à communiquer, et parfois, à imposer leur vision du monde, de l’objet, de la réalité sociale en question.

Si le discours est la pratique systématique qui sert à construire un objet, une réalité qui va être ensuite reproduite par le parler des gens (Foucault, 1972 : 49) et si l’autoritaire détermine le pouvoir exercé par une entité qui a beaucoup ou trop d’autorité et qui, peut- être, n’a pas été autorisée à faire usage de cette puissance, on pourrait, donc, définir le discours autoritaire comme la pratique qui cherche à reproduire une réalité dans laquelle le pouvoir est détenu uniquement et exclusivement par un /des individu(s) autoritaire(s). Le discours autoritaire peut être associé au discours d’un gouvernement dictatorial, d’un gouvernement autocrate,... et il est en grande partie diffusée par les médias (Balbás R,  2004) :

Cada medio de comunicación se apoya en la elaboración de un discurso autoritario que organiza sus formas y sus contenidos como "interpretaciones válidas" de la realidad, mientras margina de forma o excluye interpretaciones alternativas. Existe un sistema de presencias y ausencias que reflejan el interés de los grupos de oposición para crear e imponer un sistema de significados, en el cual sólo privilegian ciertas visiones del mundo -su mundo- sobre otras, centrando la atención sobre ciertos temas y presentarlos como válidos y viables para sus fines políticos [...] Visiones, que son ejemplo de simbolizaciones que buscan propagar determinadas ideas, mediadas por los comunicadores sociales, y provocar unos efectos determinados en los públicos que las reciben.

Le discours autoritaire se présente comme persuasif, manipulateur, menaçant et cherche à susciter dans son auditoire une passion pour un projet. Les stratégies discursives du discours autoritaire sont semblables ou apparentées à celles du discours politique qui est « porteur de mythes, de symboles ou d’imaginaires […] ; des images fortes susceptibles d’entraîner une adhésion pulsionnelle » (Charaudeau, 2005 : 60).

Les stratégies discursives les plus fréquentes dans les discours autoritaires consistent à dépeindre positivement le projet des groupes autoritaires, et négativement celui de l’opposition. A ce propos, Van Dijk propose dans sa théorie sur les idéologies, les Ideologies Squares, qui sont des modèles mentaux, des tactiques, des structures discursives utilisés pour émettre des opinions et des idéologies. Ces structures sont observables dans le discours à travers l’emploi de la grammaire et du lexique, et elles :

(i) mettent en relief les bonnes actions et les qualités de l’endogroupe ainsi que les mauvaises actions et les défauts de l’exogroupe,

(ii) mitigent les mauvaises actions et les défauts de l’endogroupe ainsi que les bonnes actions et les qualités de l’exogroupe.

En ce qui concerne le discours anti-autoritaire, il peut être défini comme la pratique qui sert à déconstruire la réalité proposée par le discours des systèmes autoritaires. D’une part, il dénonce la cohésion, l’imposition d’un ordre appelé démocratique, neutre ou naturel, par les individus autoritaires, allant même jusqu’à l’affrontement direct. D’autre part, ce discours anti-autoritaire incite les opprimés à faire face à leurs craintes sociales, il les invite à la lutte, en faisant apparaître le profil d’un « révolutionnaire ».

3. Strategies du discours anti-autoritaire dans les chansons  de Benedetti 

Le discours autoritaire de l’autre côté du miroir révèle l’existence de son contre- discours. Avec son engagement, son militantisme, son œuvre, Mario Benedetti contribue à la diffusion d’un discours anti-autoritaire, dont le reflet déforme les stratégies discursives des oppresseurs. Son discours dénonce le régime politique dictatorial dans la région du  Rio de la Plata  et se présente comme une alternative à ce statu quo.

Pour l’étude de ce discours anti-autoritaire, nous analysons des compositions extraites de l’œuvre, Canciones del más acá publiée en 1989. Cet ouvrage recueille les paroles écrites et adaptées par Benedetti, pour être ensuite chantées3. Parmi les chansons, nous choisissons celles qui, pour leur thématique et leur période d’édition, illustrent le mieux la situation politique hispano-américaine dans les années 70.

Dans cette section de notre article, nous présentons les topoi qui caractérisent le discours anti-autoritaire de Benedetti, puis la façon dont Benedetti se sert de la langue pour formuler ses énoncés ; énonciation d’où l’on extrait des caractéristiques linguistiques du discours anti-autoritaire.

Topoi du discours anti-autoritaire :

Au début de son oeuvre, le poète Mario Benedetti se concentre sur les problématiques liées à la bureaucratie. Son livre Poemas de la oficina ,  publié en 1956, illustre cette thématique. En guise d’exemple, Le poème « El nuevo » commence, tout d’abord, par décrire le nouvel employé, encore plein d’illusions, puis, dans un deuxième moment, il va dessiner le futur de cet employé, peu à peu usé, affaibli, amoindri par le monde du travail. Ce poème montre ainsi l’évolution et le contraste entre une jeunesse et ses rêves et une vieillesse et ses frustrations. De plus, l’évolution de cet employé peut être mise en relation, d’une façon allégorique, avec celle de l’Uruguay, qui n’est plus « la Suisse d’Amérique », puisqu’il traverse une profonde crise économique, conséquence de l’inflation de 1955.

La thématique présente dans l’œuvre de Benedetti révèle également la connaissance qu’a l’auteur de la classe moyenne uruguayenne et son attitude critique envers elle. A ce propos, Alemani Carmen, directrice du Centre d’études Latino-Américaines Mario Benedetti à Alicante, affirme que :

Lo fundamental de la primera etapa [de Benedetti] fue la crítica social de su país y sus habitantes desde la ética y la razón moral, pero siempre con tintes pesimistas. En cambio, la segunda fase de su obra se caracterizará por la politización de su pensamiento, de su literatura y por la búsqueda de horizontes más amplios: el optimismo se impondrá con fuerza en sus escritos. (Alemani, 2000: 30)

De cette façon, l’incorporation des problématiques propres à l’Amérique latine ayant eu lieu dans les années soixante, elle permet à Benedetti de s’opposer, à travers ses écrits, à l’interventionnisme états-unien en Amérique Latine, d’appuyer la révolution cubaine en la proposant comme modèle alternatif. Ainsi, l’utopie, la liberté, la justice commencent à se frayer un chemin dans son œuvre et vont situer Benedetti dans les aires du discours anti-autoritaire. Ainsi, l’idéalisme de Benedetti cesse d’être une théorie hypothétique car il rentre dans un univers plus pragmatique. A partir de son œuvre, il souligne le rôle de l’intellectuel latino-américain et l’engagement nécessaire dans le contexte latino-américain, il mentionne ainsi que :

El hecho de que hoy todos estemos haciendo un arte de emergencia: canciones o afiches, fábulas o panfletos, no significa que consideremos que éstas sean las formas más depuradas o más profundas. Simplemente aportamos nuestras herramientas, aportamos lo que creemos puede servir, puede contribuir en alguna medida a que el impulso revolucionario se haga –como canta Daniel- « Pueblo de voces, aire desatado […] cuando hacemos este arte urgente, acaso transitorio, provisional, no se piense que somos sectarios o esquemáticos, capaces de negar o descartar la significación y el disfrute de aquel otro arte mayor. Somos sencillamente militantes, y como militantes tenemos nuestras prioridades; como militantes tratamos de decir nuestras convicciones con honestidad, con calidad y con modestia ( Benedetti, 1974 :54 ).  

Comme Benedetti le mentionne, la chanson d’auteur ou arte de emergencia devient l’instrument privilégié de diffusion des idéologies révolutionnaires ou d’un discours anti-autoritaire qui ne parle plus de «chevrettes, gazelles, coquelicots, madrépores, et parfois d’une faune et d’une flore que l’on retrouve seulement au jardin botanique et au zoo »4 (Benedetti, 1969 : 121), au contraire, la thématique se recentre sur la revendication des droits civils négligés par les dictatures des années 70, elle parle, donc, de racisme, d’individualisme, de capitalisme,… Elle permettra à Benedetti d’exprimer sa préoccupation pour le comportement et le futur de l’homme (Alemani, ibid, : 60-61). L’œuvre de Benedetti se nourrit de la « réalité », c’est-à-dire, de la situation politique et sociale du moment qui l’entoure, et il aspire à provoquer des changements.

Il est possible de constater que la réalité influe sur la thématique de la pratique littéraire, et en même temps, l’on peut retrouver le processus à l’inverse : la littérature influe sur la thématique de la réalité ; on voit ainsi s’accomplir le rôle de l’intellectuel latino-américain chez Benedetti. Un exemple de cette interrelation entre littérature et réalité serait le fait que le Sous-Commandant Marcos ait choisi ce prénom, qu’il fait le sien, en hommage à un personnage du roman El cumpleaños de Juan Angel, dénommé Marcos. Le Sous-Commandant en parle d’ailleurs à Eduardo Galeano dans une lettre publique, le 2 mai 1995 (Paoletti, ibid. : 155).

La langue et la construction de l’objet « discours anti-autoritaire »

Dans cette section, nous allons observer la manière par laquelle Benedetti met en fonctionnement la langue, c’est-à-dire son énonciation5. Nous essayons d’analyser les procédés linguistiques6 utilisés pour construire le contre-discours .Pour des raisons d’espace dans cet article, nous limiterons notre analyse à deux stratégies :

l’hétérogénéité d’éléments discursifs chez Benedetti : il se sert de ressources telles que l’emploi de proverbes, de paraphrases, de citations, de guillemets, de variations linguistiques, …pour laisser intervenir d’autres voix qui disqualifient, ridiculisent et défient l’ennemi,

et le signe linguiste arbitraire chez Benedetti : il se permet de démunir les mots de leur sens pour construire son discours.

L’hétérogénéité des éléments discursifs chez Benedetti:

Une partie de l’énonciation de Benedetti se caractérise par son hétérogénéité. L’auteur construit son propre discours en se servant des outils qu’il enchâsse et amalgame, afin de faire ressentir plusieurs voix. Mais, quelles sont les voix que Benedetti inscrit dans son énonciation polyphonique ? Quelles ressources linguistiques utilise-t-il pour marquer une telle hétérogénéité  ? Pourquoi les utilise-t-il ?

Il reprend des maximes d’emploi populaire «  rapportables à des sources d’énonciation différentes [et qui montrent] la possibilité qu’offre la langue d’inscrire plusieurs « voix » dans la même énonciation » ( Maingueneau, 1991:127). Le discours anti-autoritaire chez Benedetti dévoile l’existence de voix porteuses d’autres visions du monde, elles se révèlent alternatives et défient les systèmes autoritaires.

Benedetti utilise des proverbes, des locutions usuelles qui permettent la transmission de la parole d’autrui. Cette parole est connue de la collectivité et peut fonctionner comme un simple slogan. Chez Benedetti, l’emploi des maximes ne s’adresse pas à un destinataire isolé qui s’identifie et décode le message, mais à un destinataire qui fait partie d’une collectivité. Benedetti construit son discours avec le langage du peuple, d’une part pour marquer son appartenance à ce peuple, et, d’autre part, pour transgresser parfois l’intangibilité de ces énoncés, car il les transforme dans le but d’être contestataire et de reproduire la révolution qu’il cherche, dans le monde de la langue.

Pour illustrer notre propos, nous avons choisi les énoncés suivants:

1. « El mango vayan soltando / ya no existe la sartén » ( Poème : « Cielo del 69 ») : Cet énoncé est la transformation de la locution Tener la sartén por el mango . Benedetti reformule la locution pour demander un changement dans la gestion du pouvoir en Uruguay. Tout en le défiant, il ordonne au gouvernement militaire d’abandonner le contrôle d’un pays qui n’existe guère plus, à cause de leurs actions. Un autre exemple, qui retentit comme un avertissement, c’est l’énoncé suivant : «si la violencia va y vuelve / no se me queje después» (Poème : « Las palabras »), qui pourrait aussi être considéré comme une transformation de la locution proverbiale Quién siembra vientos recoge tempestades .

Dans ces deux énoncés, on retrouve l’emploi d’un vouvoiement qui ne correspond pas exclusivement à un usage de politesse. Il utilise un vous pour viser sa cible qui peut être tout aussi bien un interlocuteur pluriel ( le gouvernement militaire dans sa totalité) que singulier. De même, l’emploi de ce vous peut correspondre à un procédé d’agression (Charaudeau 1992 : 154 ) par lequel, Benedetti, en tant qu’énonciateur, feint de créer une distance pour produire un effet méprisant.

Dans ces deux énoncés, les transformations des locutions sont de simples paraphrases, en effet, les propositions benedettiennes gardent le même sens que ces dictons populaires. Il fait des jeux de mots avec ces locutions fixes, et en les altérant, étant donné que la langue est un reflet de la société, il présente la possibilité de la construction d’une nouvelle réalité sociale. D’autres exemples semblables, extraits du poème « Vamos Juntos » : «Con tu puedo y con mi quiero / vamos juntos compañero» et « Para gozar el mañana / hay que pelear el ahora». Ces énoncés résultent de la transformation des locutions Querer es poder  et  No dejes para mañana lo que puedes hacer hoy .

2. Benedetti réutilise, à nouveau, une phrase du registre populaire, Dios te ampare y te favorezca , en l’utilisant dans un poème qui parle de la représentation d’un tortionnaire , il la modifie en «  Dios te ampare / o mejor / Dios te reviente » ( Poème : « Toturador y espejo »).

La langue agit comme véhicule des idées, et en transformant cet énoncé, Benedetti incite le peuple à changer de comportement : passer d’une position de tolérance (évoquée par le terme amparar dans son acception la plus religieuse) à un rejet catégorique, même agressif (agression évoquée par le terme reventar ). Les connotations morales attribuées aux verbes Amparar et  Favorecer de la locution Dios te ampare y te favorezca  sont inversées dans le texte de Benedetti, dans le but de dénoncer l’impardonnable : la torture dont on parle dans ce poème.

Dans cet énoncé, on remarque que Benedetti, au moment de transformer les dictons populaires, crée un jeu d’opposition au niveau sémantique. Il cherche, dans l’axe paradigmatique, des antonymes qui changent radicalement les sens de l’énoncé. Ainsi, Benedetti se sert d’une opposition binaire (antonymie ) où l’un des termes, pour se constituer sémantiquement, a besoin de l’autre (Charaudeau, 1992 :54) .

Dans l’exemple « para bien o para mal  /  para mal o para bien » ( Poème : « El triunfo de los muchachos »), on remarque, également, l’emploi d’une antonymie comme procédé discursif. Dans le poème « El triunfo de los muchachos », la locution  para bien o para mal  signifie que l’on accepte les conséquences des actes ou des actions, même si elles ont des répercussions négatives. Néanmoins, Benedetti, en inversant les termes : mal par bien, dans le vers « para mal o para bien »,  souligne la possibilité d’atteindre des résultats positifs dans l’action révolutionnaire.

Dans son discours anti-autoritaire, une autre ressource est employée par Benedetti pour révéler la voix d’autrui : il s’agit de la forme rhétorique de l’ironie. Il dénonce l’hypocrisie et l’absence de solidarité (Alemani, ibid,: 38-39) mais il le fait en reprenant exactement le discours des systèmes autoritaires. C’est ainsi que l’on perçoit, à nouveau, la voix des oppresseurs, mais, dans un contexte d’énonciation différent, celui du discours contestataire. Quand Benedetti reprend les mots du discours du gouvernent autoritaire, il annule leur pouvoir de convaincre le récepteur passif.

Benedetti essaie de mettre en évidence la contradiction entre le discours autoritaire et la réalité. L’ironie, dont Benedetti se sert, est proposée comme un outil permettant de décoder ce discours autoritaire. La tâche du récepteur consiste en la déconstruction des énoncés : il doit comprendre le contraire du message proposé par l’énonciateur du discours des systèmes autoritaires. Il s’agit d’une stratégie d’ironie dévalorisante ( Chareaudeau, 1992 : 86 ) : le récepteur devrait substituer l’énoncé du discours autoritaire, qui, peut-être, a une valeur positive, par un énoncé contraire à valeur négative. L’exemple # 3, extrait du poème « Cielo del 69 », illustre notre commentaire:

3. « Cuando hacen fuego me dicen

que están contra la violencia

me dicen cuando dan muerte

que sientan jurisprudencia »

On peut retrouver aussi une autre forme d’ironie où l’énonciateur se sert des connaissances partagées par lui et son récepteur. Il cherche à établir une relation de complicité avec certains récepteurs ( ceux qui partagent son avis et qui ne sont pas passifs ) pour atteindre un de ses buts : la moquerie. C’est le cas de l’exemple # 4, extrait du poème « Hombre preso que mira a su hijo » :

4. « Cuando era como vos me enseñaron los viejos

y también las maestras bondadosas y miopes

que libertad o muerte era una redundancia

a quien se le ocurría en un país

donde los presidentes andaban sin capangas »

Benedetti et le signe linguistique arbitraire

No me gaste las palabras

no cambie el significado

mire que lo que yo quiero

lo tengo bastante claro

Ces vers sont extraits du poème « Las palabras » de Benedetti ; ici, le poète parle explicitement d’une des stratégies du discours politique. Il s’agit d’une tactique qui utilise le caractère arbitraire du signe linguistique : ce dernier est l’association d’un signifiant à un signifié ou concept, il est le produit d’une convention établie par une collectivité. Donc, dans le discours politique, on retrouve des stratégies de camouflage (écriture palimpsestique) qui consistent à faire allusion à une certaine réalité en utilisant des signifiants, qui ne suivent pas les conventions établies par les linguistes, et qui atténuent la valeur négative d’un signifié, voire la gravité d’une réalité. Cette stratégie sert à mitiger des erreurs, des actions négatives. Elle peut être aussi considérée comme une tactique de persuasion pour maintenir le contrôle, le pouvoir.

Dans les poèmes de Benedetti, on retrouve l’arbitraire sémantique du discours des systèmes autoritaires, il le reprend dans le but de produire un effet miroir : Espejo deformante. Il utilise cette tactique pour donner un sens ironique : Benedetti reproduit une image esperpentique, déformée par l’ironie elle-même, et c’est l’image déformée :

qui montrera aux récepteurs ce que le discours des systèmes autoritaires cherche à cacher,

qui annulera l’arbitraire sémantique du discours des systèmes autoritaires en réattribuant tacitement aux signifiants, les signifiés des conventions linguistiques

qui pourra empêcher le récepteur de tomber dans le piêge de la persuasion.

Les exemples suivants, extraits du poème « Oda a la pacificación », illustrent cette stratégie de reprise de l’arbitraire sémantique du discours des systèmes autoritaires. On y retrouve l’emploi du terme Pacificador , euphémisme employé dans le discours des systèmes autoritaires pour se référer aux forces d’oppression. Benedetti reprend le terme avec l’intention de créer une composition ironique et ainsi, d’annuler la mitigation que l’on retrouve grâce à l’emploi de ce terme :

1. « No se hasta donde irán los pacificadores con su ruido metálico de paz (…)

cuando los pacificadores apuntan por supuesto tiran a pacificar

y a veces pacifican dos pájaros de un tiro

es claro que siempre hay algún necio que se niega a ser pacificado por la espalda »

Au long de ce poème, Benedetti a recours à ce terme caractéristique du discours autoritaire, il l’épuise à travers l’ironie, il va jusqu’à restituer tacitement le signifié, et dans la dernière strophe de ce poème, il se permet de faire la restitution explicite de ce signifié, cette stratégie nettoie le concept de signifiés équivoques ( Torrego, ibid.: 113) :

2. « Que quien pacifique a los pacificadores un buen pacificador será »

Tant le discours des systèmes autoritaires que le discours anti-autoritaire sont des discours politiques. Les deux cherchent l’adhésion à un projet, les deux mitigent ou mettent en relief dans leur discours ce qui est de leur intérêt, et par conséquent les stratégies discursives peuvent être semblables. On remarque chez Benedetti qu’il est aussi capable d’aller au-delà des conventions du signe linguistique pour transmettre son message, ses intentions. En faisant une rupture entre signifiant et signifié, Benedetti peut se permettre d’attribuer de valeurs, des connotations négatives à des termes qui, selon les conventions, ont une valeur positive. Par exemple :

3. « no me sirve tan mansa / la esperanza » (Poème : « Me sirve y no me sirve »)

Dans ces vers, le terme esperanza, renvoie à une notion de passivité, à une attente qui ne contribue pas aux changements revendiqués dans le discours anti-autoritaire. Dans son oeuvre, Benedetti incite à un changement d’attitudes, celles qui, vues en filigrane, relèvent d’une position de conformité, parfois d’exhibitionnisme de la part de certains soit-disant révolutionnaires. Par exemple, il associe la rabia, les manifestations de ces individus à de l’exhibitionnisme :

« no me sirve tan sabia

tanta rabia

(...)

no me sirve tan bueno

tanto trueno »

Dans ces vers, l’arbitraire sémantique des termes rabia et trueno, consiste à vider de sens ces signifiants puis à les associer à la notion de passivité déguisée, voire cachée ou d’un conformisme tacite. En effet, dans le poème « Me sirve y no me sirve », l’écrivain critique cette attitude que l’on pourrait, par exemple, attribuer à certains intellectuels soit-disant révolutionnaires.

4. Conclusions

El canto es un pájaro inquieto, libre, a veces violento. Puede aprisionársele o herírsele, pero nadie puede detener el canto de todos ellos. Es que no se trata de canciones de protesta, vean ustedes; se trata de pájaros que vuelan cercan, miran, comentan y anuncian la liberación. Viglietti

Le discours des systèmes autoritaires n’offre qu’une seule vision du monde, il procède, dans ses diverses stratégies, à une pénétration culturelle et idéologique, il cherche à faire valider sa réalité par une majorité silencieuse. Face à cette voix unique, Mario Benedetti, par son oeuvre, essaie de montrer qu’il existe d’autres voix et par conséquent d’autres mondes possibles. Ses chansons sont de protesta (chanson engagée) mais elles sont aussi de propuesta (de projet). Benedetti dénonce la réalité qu’il cherche à déconstruire et propose aux récepteurs d’abandonner la passivité et de prendre part à la lutte pour la liberté.

Notre travail se concentre sur la formulation d’hypothèses à propos des stratégies discursives employées par Mario Benedetti qui cherche à faire la révolution par le biais de la langue. Notre corpus, constitué de poèmes chantés ou bien écrits à cette intention, nous a permis de formuler les quatre propositions suivantes7 que nous vous invitons à infirmer dans des recherches futures:

Hypothèse 1 : Benedetti construit parfois le discours anti-autoritaire à la première personne du singulier. Un « Je », qu’il amplifie aussi en un « Nous » collectif, communautaire. Lorsqu’il s’agit d’assumer la force illocutionnaire des énoncés, d’une part, il s’oppose, dénonce, donne des ordres, assume toutes les responsabilités de son énonciation en « Je individuel » et d’autre part, ce « Je» devient semblable à un « nous » quand l’énonciateur se révèle être un porte-parole du peuple ; en effet, il laisse voir que l’engagement, l’exigence et la lutte proviennent du sentiment collectif.

Hypothèse 2 : Benedetti s’adresse aux oppresseurs en utilisant parfois un vouvoiement singulier, dont l’usage ne s’associe pas exclusivement à la politesse. Cet « Usted » peut correspondre à un procédé d’agression par lequel, Benedetti, crée une distance et produit un effet méprisant.

Hypothèse 3 : Benedetti se sert des ressources qui rendent son discours hétérogène. L’emploi des proverbes, des paraphrases, des citations, des guillemets, des interférences diastratiques, etc., laissent intervenir d’autres voix –les voix du peuple- qui participent à la disqualification, la ridiculisation, le défi, l’opposition. Il se permet également de réutiliser le discours du pouvoir pour le vaincre, le démasquer en mettant en évidence ses contradictions.

Hypothèse 4 : Benedetti se permet de dépouiller les mots de leur sens ( à un signifiant, il associe à un autre signifié) pour construire la position anti-autoritaire.

Dans ce travail, nous avons testé les hypothèses 3 et 4. Le choix a été aléatoire car nous cherchions à les vérifier. En ce qui concerne l’hypothèse #3, Benedetti utilise, en effet, des proverbes, des dictons populaires pour faire intervenir d’autres voix, celles de la collectivité. Nous avons constaté dans ce premier essai d’analyse qu’il altère les locutions fixes en suivant deux procédés : la paraphrase et l’antonymie. Il transforme les locutions par ces procédés en faisant des jeux de mots et de sens, pour présenter la possibilité de construire une nouvelle réalité sociale, de susciter un changement au niveau social, politique. De même, il se sert des dictons populaires pour diffuser son idéologie dans le langage du peuple.

L’hétérogénéité se manifeste aussi dans l’emploi de la figure rhétorique de l’ironie. Benedetti réutilise les énoncés du discours autoritaire mais dans le contexte du discours contestataire et il annule leur efficacité à travers la moquerie.

A travers l’hypothèse # 4, nous avons remarqué que Benedetti reprend l’arbitraire sémantique du discours des systèmes autoritaires pour démasquer « la réalité » qu’il essaie de camoufler, et pour produire un effet de miroir déformant « Espejo deformante » : la reproduction d’une image déformée par le reflet de l’ironie.

Benedetti a aussi recours à l’arbitraire sémantique comme procédé discursif. Il donne des connotations négatives à des termes que, dans un dictionnaire, l’on retrouve définis avec des signifiés positifs. Il vide de sens des termes pour révéler un certain conformisme tacite qui est caché derrière les signifiés établis dans les conventions linguistiques. Ainsi cette stratégie confirme les propos du linguiste Charaudeau (1992 :11)

«  Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les mots d’une langue ne sont pas autant d’étiquettes posées sur les objets du monde comme sur une bouteille. Les mots d’une langue sont le résultat de l’activité du langage exercée par l’homme qui consiste, dans une situation donnée et avec une intention de communication donnée, à créer, dans le même instant, une notion et une forme linguistique pour rendre compte des phénomènes du monde. »

BIBLIOGRAPHIE :

ALBURQUERQUE L, Inventario solidario: Las canciones de Mario Benedetti, Universidad de Murcia, Mémoire inédite, 2005.

ALEMANI C., Mario Benedetti, Madrid: Eneida, 2000.

ALEMANI C, Mataix R. & Rovira J. (éds), Inventario Complice, Alicante : Universidad de Alicante, 1998.

BALBÁS RIVAS C., «El lado oscuro de la oposición». http://www.voltairenet.org/article121316.html , 2004.

BENEDETTI M., El escritor latinoamericano y la revolución posible, México: Nueva imagen, 1990 8ème éd.

BENEDETTI M., Daniel Viglietti, Madrid: Júcar, 1974.

BENEDETTI M., Panorama de la actual literatura latinoamericana, Habana: Casa de las Américas, 1969.

BENVENISTE E, “L’appareil formel de l’énonciation”, Langage # 17, 1970.

CABALLERO BONALD JM., «Prólogo», in Antología Poética: Mario Benedetti. Mario Benedetti (Autor) Madrid: Alianza, 1983.

CHARAUDEAU P., Le Discours politique : Les Masques du Pouvoir, Paris : Vuibert, 2005.

CHARAUDEAU P., Grammaire du sens et de l’expression, Paris : Hachette education, 1992

FAIRCLOUGH N., Language and Power, London: Longman, 1989, 2001 2ème édition.

FOUCAULT M., The archaeology of Knowledge and the discourse on Language, New York : Pantheon, 1972.

MAINGUENAU D., L’analyse du discours, Paris: Hachette, 1991.

MOLINA R., Función social de la poesía, Madrid : Guadarrama, 1971.

PAOLETTI M., El aguafiestas Benedetti La Biografía, Madrid: Alfaguara, 1996.

PAREDES L., Mario Benedetti : literatura e ideología, Montevideo : Arca, 1988.

TORREGO EGIDO L., Canción de autor y educación popular ( 1960- 1980), Madrid : Ediciones de la Torre, 1999.

VAN DIJK T., Discourse and communication, Berlin: De Gruyter, 1985.

CORPUS

BENEDETT M., Canciones del mas acá, Madrid: Colección Visor de Poesía, 1989.

Références pour citer cette article:

Atencio Karina, Alburquerque Luis, « Stratégies du discours anti-autoritaire dans les chansons de Benedetti : Un discours de l’autre cote du miroir », Le discours autoritaire en Amérique Latine de 1970 à nos jours. Presses Universitaire de Rennes, 2007 pp 121-133.

1El « batelismo » separó la Iglesia y el Estado, legalizó el divorcio ( más adelante lo haría también, parcialmente, con el aborto) entre 1933 y 1935, y en 1934 aprobó el voto de las mujeres. También ensayó un sistema de gobierno colegiado y llevó adelante una escolarización masiva y laica, incluida la universidad, que aún hoy sigue siendo gratuita. Así mismo hizo aprobar incitativas sociales avanzadas para su tiempo [...]. Esto más el crecimiento urbano de Montevideo y del sector de servicios, y la implantación de un poderoso y hábil sector exportador, le valió a Uruguay la denominación de « Suiza de América » (Paoletti, 1995: 75)

2 Le coup d’état mené par ces mêmes forces armées

3 « En este volumen se incluyen 60 textos […] que figuran en la programación de cuarenta intérpretes […]. Sé que, en distintos países, hay otros artistas que también cantan mis versos ; el hecho de que no aparezcan en este libro se debe tan solo a que no ha sido posible obtener datos completos. (Benedetti, 1989 : 7)

4 traduit par nos soins

5 La mise en fonctionnement de la langue par l’acte individuel d’utilisation ( Benveniste, 1970 : 12)

6 Les procédés discursifs consistent à utiliser ponctuellement ou systématiquement certaines catégories de la langue, ou les procédés d’autres modes d’organisation du discours pour, dans le cadre d’une argumentation, produire certains effets de persuasion. (Charaudeau, 1992 : 821 ),

7 L’ordre de numérotation de ces hypothèses est arbitraire.